Il y a quelque temps de cela[1] j'ai lu la trilogie Cryptonomicon de Neal Stephenson. L'histoire en elle-même est un mélange d'histoire (la seconde guerre mondiale), de chasse au trésor, de finance, et surtout de cryptologie, mais j'ai quand même été déçu m'attendant à quelque chose de "cyberpunk"[2] et n'ayant trouvé finalement qu'un livre de fiction (science-fiction ?) pour geeks.

Néanmoins, vers la fin de la trilogie, il nous est présenté un moyen original de chiffrer des messages avec seulement un jeu de cartes. L'algorithme utilisé est appelé Solitaire (ou Pontifex dans le livre) et a été écrit spécialement pour le Cryptonomicon par Bruce Schneier, un expert international en sécurité informatique.
Cet algorithme permet donc avec simplement un jeu de cartes, et quelques heures devant soi, de créer des messages sécurisés pour être envoyés en toute sécurité : la seule faiblesse vient du fait que c'est du cryptage symétrique et donc que l'expéditeur et le destinataire doivent connaître la même clé pour pouvoir communiquer : le secret de cette clé est donc essentiel !

Pour plus d'informations, allez voir la page wikipedia sur Bruce Schneier, la page dédiée au Solitaire sur son site (et une traduction en français). Ainsi que cette page de Paul Crowley qui semble indiquer des problèmes de sécurité sur cet algorithme (je ne sais pas si ça a été vérifié...).

Neal Stephenson est l'auteur de plusieurs autres livres, dont un essai intitulé In the Beginning was the Command Line traitant des débuts de l'informatique personnelle (Apple, Microsoft, Linux). J'ai bien aimé cet essai, et je regrette qu'il n'existe pas en français (mais je l'achèterais peut être en anglais quand même...). Si vous êtes potentiellement intéressé et n'avez pas peur de lire un essai sur l'informatique, en anglais, et non formaté (c-a-d en texte brut), vous pouvez le télécharger ici. C'est drôle, très geek, très cyber-culture et très alternatif et... un peu anti-Microsoft (lisez-le, vous comprendrez !), ce qui va avec !-)

Notes

[1] malheureusement, en ce moment je lis plus vite que je ne bloggue....;-(

[2] cf ce billet